A PHP Error was encountered

Severity: Notice

Message: Only variable references should be returned by reference

Filename: core/Common.php

Line Number: 257

Les Aspects Économiques Du Bouddhisme - THƯ VIỆN PHẬT GIÁO

Tìm Sách

Sách tiếng Pháp-French >> Les Aspects Économiques Du Bouddhisme


Xem tại thư viện

Thông tin tra cứu

  • Tên sách : Les Aspects Économiques Du Bouddhisme
  • Tác giả : Jacques Gernet
  • Dịch giả :
  • Ngôn ngữ : Pháp
  • Số trang : 318
  • Nhà xuất bản : Ecole Francaise D'extreme Orient - Paris
  • Năm xuất bản : 1984
  • Phân loại : Sách tiếng Pháp-French
  • MCB : 1210000005139
  • OPAC :
  • Tóm tắt :

  Les Aspects Économiques Du Bouddhisme

Volume XXXIX

Dans

La Societe Chinoise du V au X Siecle

Par

Jacques Gernet

TABLE ANALYTIQUE DES MATIÈRES

Introduction                 

  1. LES DONNẾES IMMÉDIATES.

Nombre des lieux de culte et des moines.

Petit nombre des grands monastères et très grand nombre des petite lieux de culte. Tableau synoptique des chiffres fournis par les differentes sources : nombre des monastères et des religieux du v au siècle.

Constance relative du nombre des grands et des petits lieux de culte pendant cette pérlode. Deux epoques de développement- des constructions bouddhlques: à la fin du siècle et dans le premier tiers du d’une part, dans la deuxlème moitié du siècle et les premieres années du d’autre part                  

Population des monastères proprement dits et des petits lieux de culte. Critique des recensements. Très grand nombre des personnes vivant du métier de religleux : près d’un pour cent de la population totale à toutes les époques          

Effets genéraux du mouvement religirux sur ưeconomic chinoise.

Developpement, aux dépens de la production agricole, des activités de luxe en rapport avec la construction et Pòmementation des lieux

de culte. Luxe et coồt des edifices bouddhiques                     

Rarefaction des métaux précieux et du culvre servant à la fonte des sapèques. Grandes reserves monétaires des monastères, grandes quantités de métal employees à la fabrication des statues. Commerce des statuettes bouddhlques à repoque des T’ang  

  1. LES FAITS ANNEXES.

Le Fiicalite

Regime fiscal des religieux.

lmmunite dont béneficient les religieux. Allusion des textes à cer- taines formes d’impositlon à repoque des Tcheou (557-580). Tentatives repétées mais inopérantes pour soumettre les moines à un regime fiscal moms prejudiciable au trésor public. Taxes imposees aux religieux à repoque des Song         

Estimations sur le cout de I’entretien des communautés officielles à repoque des T’ang. Aggravation du deficit de 1’Etat pendant cette époque. Les « faux moines » depuis le ve siècle jusque sous les T’ang : religieux non enreglstres, laics « entrés en religion », paysans-moines, moines prrvés des grandes families, groupes privés de disciples     

Regime fiscal des biens des communautes.

Opposition entre lieux de culte pourvus d’un nom officiel et lieux de culte non reconnus par le pouvoir imperial. Diversité du regime fiscal auquel sont soumis les biens des communautés selon leur ori- gine et leur nature      

Formes indừectes d’imposition.

Ventes de titres de la hiérarchle monacale instituees par le pouvoir laic à la fin des Wei du Nord. Trafics auxquels se livrent les prin­cesses impériales au début du viiie siècle : ordinations de faveur. Les eertificats d’ordination et leur vente officielle à partir de la rebellion de Ngan Lou-chan (756). Les grands fonctionnaires provinciaux profitent de l’affaiblissement du pouvoir central après la rébelllon pour détourner le système à leur profit. Indications, sur les ventes officielles et le commerce privé des certificats d’ordination à 1’epoque des Song

  • L’ACCUMULATION DES BIE

L’Héritage Indiev

Influence des prescriptions disciplinaires indiennes
sur Veconomic des communautés chinoises

Les biens consacres.

La notion de « biens permanents », biens inaliénables et communs à la communaute bouddhique dans son ensemble. Biens dont la pos­session est admise de la part de la communauté mais interdite aux religieux, d’apres les traites de discipline indiens. Caractère sacre des blens appartenant aux communautés en Chine       

Droit successoral des moihes‘. chinois.

Evolution du droit monacal indiến provoquée par le développe- ment des activates cultuelles et par l’enrichissement des communautés. Le príncipe de la gestlon directe de leurs propres biens par

les rellgleux finit par prévalolr         

Sortis de leur famiile, lea moines chinois n’ont pas droit à la posses­sion du sol. Ce ne sont pas de grands propríétaires fonciers. Documents relatifs au droit successoral des moines chinois

Une institution monacale quiest maintenue et qui a eu, en Chine, un developpement important : la vente aux enchères des vêtements

des rellgleux décédés et celie des tissus reọus en offrandes     

Les moines chinois, en raison de leur position dans la soelété et de l*oríentatlon générale de 1’économie monacaie, sont incites à se tourner vers la possession de blens de caractère commercial et vers

les activites mercantlles

  1. LE CIRCUIT DES DONS.

Introduction        

La colonisation bouddhique.

Les « Families du Sanigha », colonies agricoles dont la gestion est confiee par 1’État & 1’Égllse bouddhique, dans la Chine du Nord, à la fin du ve siècle. Double objet des prêts agricoies des « Bureaux du Saingha » : régulariser le marché des céréales et procurer des revenus à 1’Église houddhique. Détournement à leur profit de I’institution par les admlnistrateurs monacaux. Les Families du Samgha » deviennent des serfs de monastères au début du vie siècle         

A Touen-houang, aux ixe et xe siècles, classe de serfs attaches hérédltalrement aux monastères ct sous traits à la juridiction des

pouvoirs laĩcs. Ils sont repartis en groupes de culture et maintenus dans une étroite dependance économique par des monastères qui

disposent d’importants stocks de céréales

Droit de percevoứ les impôts délégué par le pouvoir imperial à certaines communautés. Ce droit porte, non pas sur la terre, mais sur les cultivateurs. Recherche de la protection des monastères ou des moines par les paysans qui fournissent en échange une partie de leur récolte. Ces paỵsans, plus ou moins intégrés à 1’Eglise bouddhlque,

tendent à echapper au contrôle des pouvoirs laĩcs

La formation d’une proprlete oncière.

Noyau primitif de la propriété terrienne des monastères : il est íormé, non par des champs de grande culture déjà aménagés, mais par des terres qui, du point de vue juridique, constituent une classe parti- culière de biens-fonds : jar dins, vergers, terres de montagne et de col- line. Accrosement de la superficie de ces terres possédées en propre soit par des defrichements, soit par des achats, soit par des dons de 1’État ou des propriétaires de domaines privés  

Grande proportion de terrains vagues qui servent au pacage. Éle- vage pratique surtout par les monastères du Chensi et dù Kansou… Lea esciaves et leurs conditions de travail dans les monastères…

ưempiètement sur les terres paysannes.

Vaste transformation sociale et economique qui se produit au VIII* siècle. EUe amine la desertion de leurs terres par les paysans. Généralisation du système du fermage. Les monastères profitent du bouleversement social pour étendre leurs droits sur les terres paysannes. Certains moines, en prètant à intérêt, dépossèdent les paysans. Les communautés profitent de renrichissement de leurs membres    

Importance de la superíìcie des terres de montagne et de colline par rapport aux terres de grande culture. Les bonnes terres des monas- tères, au IX* siècle, sont relativement peu etendues. Les revenus des terres n’ont pas été la principale source de richesse des communautés bouddhiques en Chine                  

INSTALLATIONS l\DUSTRIKLLLS

Moulins et pressoirs.

Le fermage des moulins hydraullques et des pressoirs à huile, principale source de revenus des monastères, à Touen-houang. Ces installations, très coũteuses, sont louées à des families de serfs moyen- nant la livraison d’une part des produits -de la mouture ou du pres- surage ou moyennant la fourniture d’une taxe annuelie invariable. Monopole de la farine et des sous-produits de la mouture, de rhulle et des tourteaux détenu à Touen-houang par les monastères         

CoMMKữCR KT ƯSURH Precedenls indiens.

Condemnation categorique des activites mercantlles et usuralres dans le bouddhisme primitif. Place de plus en plus large qui leur est faite dans certalnes sectes. Les tidèles introdulsent des pratiques du monde laic dans les communautés religieuses    

Activitês cornmercialcs des communautés chinoises.

Boutiques de marché dès le V* siècle. Fonds spéciaux destinés aux prêts à interêts : ces fondations et la pratique du prêt sur gages, attestée dès la fin du V* siècle, sont d’origine indienne. Deux classes d’emprunteurs: laics dea hạutes classes et paysans. Les besolns different d’une classẹ à rautre, mals aussi Ịes types .de-.prêt. Prèts ạ long terme de monnale et de tlssus. Prêts en grains! pọiâr Pạnụée ạgricole aux culti­vate urs

Prềts consentis par les religieux.

Emprunts et prets des moines pour le compte de leur communauté.

Prêts prives des reiigleux : les moines disposent de tlssus et, en particulier, de tolle reọue en partage au moment des ventes aux enchères.

Pression économique que les molnes riches font peser sur la paysannerie           

Appeĩdice

Lea rapports de gestion des monastères de Touen-houang. Ils con­ferment 1’importance des revenus d’origine profane : les offrandes ne constituent qu’un appoint. Prlx et mesures

. Le circuit des dons.

Introduction.

Absence d’opposition entre les revenus de caractère profane et les offrandes: ỈỈS ont tous pour objet d’assurer le culte et lTentretien des religieux. D’autre part, ies activités pieuses sont des activltés rétrlbuées; les moines sont des spécialistes        

Diversité des offrandes.

Les offrandes dans les documents de Touen-houang. Foncdons diverses assurees par les monastères : organisation des fetes, cérémo- nies officieUes, services privés en faveur des morts. Inegalité du traitement dont ont bénehcie les lieux de culte

Les Trésors inépuisables.

Collecte des offrandes dans la Chine du Nord, dans la deuxième moltlé du VII6 siècle, par la secte du Troisième degrc. Les offrandes sont centralisees à Tch’ang-ngan dans une « cour du Trésor inépuisable ». La doctrine de la secte met 1’accent sur ies ceuvres charltables et les oeuvres cuituelles et préconise une redistribution lnlnterrompue des offrandes. Offrandes versées sous la forme d’une contribution joumallère très modeste par les gens du peuple, et par charretees de monnaie, de tissue et de métaux précieux, au début de 1’année nou- velle, par les gens des hautes classes 

Activités charitables.

Tiripnrtanr.fi de la notion de circuit et de redistribution des offrandes lllustrée par les Trésors inépuisables. Collaboration des rebgieux et des laĩcs aux mêmes oeuvres pieuses. Dons faits par les religieux et les communautés en faveur des lalcs pauvres et malades. Hôpitaux Hébergement gratuit des hdèles dans les monastères

Insuffisance des données économlques : le développement écono- mique est llé au développement d’un mouvement reiigieux

  1. LES SUBSTRATS HISTORIQUES.

Économique Et Religieux

Introduction.

Deux périodes de foi intense : dies correspondent à un développement très accentué des activltés pleuses et des constructions bouddhiques

Caractères originaux de la foi bouddhique en Chine.

Rlvallté dans les dépenses. Analyse des fetes : contlnuités. Deux aspects caractéristiques du mouvement bouddhique en Chine : impor­tance attachée à I’omementation d’une part, et au dori d’autre part. Les dons extremes, substltut d’un sacrifice de la personne. Ana­logic entre le rachat des péchés et la llbération des dettes.

Lu Milieux populàikks

La formation des groupements cultuels.

Orientations diổlérentes du mouvement bouddhlque selon les milieux soclaux. Importance des pouvoừs sumaturels dans le peuple; exploitation des arts maglques; succès des moines thaumaturges. Le prestige rellgieux des molnes provoque la formation de groupements cultuels. Le banquet, acte religieux par excellence        

Associations organisées.

Très grand nombre dissociations cultuelles organisées depuls la fin du slècle jusqu’aux ixe et xe siècles. Analogie de ces groupe- ments avec les associations paysannes chinoises en vue des sacrifices au dieu du sol. Liens dfamitlé et entraide dans les grandes occasions de la vie familiale. Traits essentlels des associations: repas en commun, contributions, statut. Leur collaboration à la vie bouddhlque de leur quartier; leurs relations étroltes avec les moines et les monastères…

Les Riciies rihki.ES Comportements traditionnels.

Opposition entre tradition chlnolse. rationalists et mouvement boud- dhlque. Prodlgalité et goút du fastouí rêlèvent d’une tradition « aris­tocrat i que ». Enterrements somptuàires et lieux de culte privés.

ASPECTS ÉC0N0M1ỌUES Dư BOUDDHÍSME

Relations intimes des parents de 1’empereur et des femmes du gynécée

avec les moines et les nonnes

Incidences politiques.

Les moines agents de propagande : arts magiques et prophéties.

Menées subversives. Communauté d’intérêts entre molnes et riches fideles. Utilisation du bouddhlsme à des fins démagogiques. Rela­tions entre bouddhisme populalre et cultes prlvés des hautes classes.

Lbs Dirlgbants

La position des rationalistes.

Volonte des dirigeants d’orienter le mouvement rellgleux au profit du pouvoir légitime. Hostillté au luxe des oeuvres pieuses, accent mis sur les aspects moraux de la doctrine et sur les elements qul s’accordent avec la tradition chinolse officielle. Les activités charltables sont encouragées

Pragmatisme religieux.

Moines ct lleux de culte incarnent des forces rellgieuses dont le concours peut être utile à 1’empire. Sl les considerations économlques ont joué contre le mouvement bouddhique, les consldératlons religieuses ont joué en sa faveur

Contradictions internes du uouvembnt BOUDDUIOL’B BN CuiNB

Liaison lntime du mouvement de ferveur rellgleuse et du mouve- ment économlque. A partir du Tin siècle, la recherche du profit tend à devenir une fin en soi. Cupldité des milieux pro-bouddhistes des hautes classes, corruption des moines les plus influents: pillage des biens consacrés. Isolement des classes sociales provoque par 1’appauvris- sement de la paysannerie et la rulne des anciens systemes’de relations.

formes dégénérées

Bibliographie.

Sources historiques et recueils d’inscriptions     

Ouvrages sur rhistoửe du bouddhlsme et traltés de discipline monacale   

Travaux

Index cếnếral

Index des tehmes chinois

Planches IàX

iKPRiMBniB Nationalk.

Le bouddhisme, dans ces conditions, ne se maintlendra que sous des

Các sách khác thuộc Sách tiếng Pháp-French

Les Hommes Doivent Savoir La Vérité
Les Hommes Doivent Savoir La Vérité
La Littérature Expliquée
La Littérature Expliquée
La Littérature Francaise Contemporaine
La Littérature Francaise Contemporaine
Jésus
Jésus
L’Angoisse
L’Angoisse
L’Homme Révolté
L’Homme Révolté
Sarvastivada
Sarvastivada
Le Yoga Immortalité et Liberté
Le Yoga Immortalité et Liberté
La Sagesse Du Bouddha
La Sagesse Du Bouddha
Le Bouddhisme dans son essence et son developpment
Le Bouddhisme dans son essence et son developpment
Instant et Cause
Instant et Cause
Le Guide Du Yoga
Le Guide Du Yoga